Aller au contenu principal
Enfance & Famille

La maison des Cimes, une résidence sociale pour mères isolées, redynamise une vallée enclavée.

Type d'action

  • Développement social
  • Habitat
  • Inclusion
  • Lien social
  • Parentalité
  • Partenariat / transversalité
  • Protection de l’enfance

Département

Ariège (09)

Sur le vif

« L’accompagnement est bienveillant. Les familles comprennent ce qu’on peut leur apporter. Les choses sont bien mises en place. En 6 mois les familles sont transformées. » Joséphine Kersani, coordinatrice sociale et territoriale.         

« Après on va rester, hein maman ? C’est la première chose que mon fils m’a dit quand on est arrivé. Comme moi, il a eu un vrai coup de cœur pour l’Hospitalet. Mais, après la Maison des Cîmes, c’est bien d’avoir notre appartement, notre chez nous. » propos recueillis lors d’un reportage de la chaîne de télévision « France 3 » d’une maman accueillie à la Maison des Cîmes puis installée dans la commune.

Porteur(s) de l'action

La municipalité de l’Hospitalet-près-l’Andorre et l’association France Horizon.

Objectif(s) et bref descriptif

Afin de lutter contre le déclin qui menace la commune (départ de plusieurs activités, fermetures de classes…), la municipalité d’Hospitalet-près-l’Andorre, soutenue par de très nombreux acteurs locaux, a encouragé l’installation de mères célibataires en difficultés et de leurs enfants. Elle a aménagé et mis à leur disposition depuis 2020 des logements et des espaces de vie communs, gérés par France –Horizon, une association nationale en charge d’établissements et de structures d’accueil.  Accompagnés pendant 6 à 24 mois par des professionnels de l’association vers une autonomie sociale, ces familles bénéficient également de la mobilisation des institutrices du regroupement pédagogique qui accueille leurs enfants. Un pari gagnant/gagnant qui permet à ces familles fragilisées de se reconstruire, aux habitants du territoire de bénéficier de services et d’ activités avec ces nouveaux arrivants et à la commune de retrouver un dynamisme.

Origine(s)

L’Hospitalet-près-l’Andorre est un village de 95 habitants, situé à 1450 mètres d’altitude, dans la montagne ariégeoise. Eloignée de près d’une heure de la ville de Foix et d’une vingtaine de minutes d’Ax-les-Thermes, la commune est limitrophe de la principauté d’Andorre et des Pyrénées Orientales. A proximité de stations de ski, qui génèrent une activité saisonnière pour les habitants, le village possède encore plusieurs commerces (un hôtel restaurant, une épicerie et une boulangerie) et services. Sa gare est notamment reliée trois fois par jour à Ax-les-Thermes et à Foix.

A partir des années 80, le village qui vit principalement du passage entre la principauté d’Andorre et la France, fait les frais de l’arrêt d’activités de service public (automatisation du barrage, suppression des postes de douanes et de la gendarmerie, fermeture du guichet de la gare…) qui occasionne le départ de plusieurs familles. En 20 ans, il perd plus de 35 % de sa population. Cette situation fait craindre en 2010 la fermeture de l’école du village qui, avec celle de Mérens-les-Vals, la commune la plus proche, se sont constituées en un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de deux classes, accueillant chacune une dizaine d’élèves des deux communes. Cette mort annoncée du village provoque alors un sursaut des élus et de la population. Le combat pour le maintien de l’école donne naissance à une association « Que la montagne est rebelle » fondée par les maires des deux villages afin de lutter pour le désenclavement et l’avenir de des villages de montagne. Par ailleurs, lors d’une discussion informelle avec les deux institutrices sensibles à l’accompagnement à la parentalité, celles-ci mettent en avant les difficultés des familles monoparentales, de plus en plus en situation de précarité. C’est le cas en Ariège où, entre 2010 et 2015, 32% des femmes seules avec enfants vivent sous le seuil de pauvreté. L’idée germe alors de proposer à ces familles un hébergement dans le village, qui porte une longue tradition d’accueil et d’entraide comme en témoigne son nom, Hospitalet signifiant en occitan « Maison du refuge ».  L’occasion de faire d’une pierre deux coups : amener de nouveaux habitants et regonfler les effectifs scolaires grâce aux enfants accueillis.

Afin d’étudier la faisabilité du projet, la municipalité de l’Hospitalet recourt pour quelques mois à une chargée de mission qui établit un diagnostic territorial et affine le projet. Une véritable dynamique s’amorce alors entre les différents acteurs du territoire, en lien avec le public concernés par le projet : les communes, la Caisse d’Allocation familiales (CAF) de l’Ariège, Pôle emploi, les services déconcentrés de l’Etat (Service Intégré de l'Accueil et de l'Orientation - SIAO, Direction Départementale de la Cohésion Sociale…), le Département de l’Ariège, la région Occitanie, des associations dont France-Horizon.

D’autant que le projet fait écho aux orientations du Plan départemental d’actions pour le logement des personnes défavorisées (PDALPD) qui prévoit de faciliter l’accès au logement autonome des personnes, de créer des modes d’habitat adaptés aux publics et d’encourager les résidences sociales pour une population accumulant des difficultés économiques, sociales et psychologiques. Ou encore à des constats qui remontent des professionnels de l’action sociale sur le territoire, comme le manque de services publics de proximité, notamment dans l’accompagnement à l’emploi. Parallèlement, le projet évolue donc vers un lieu ouvert aux habitants de l’Hospitalet–près–l’Andorre, qui pourront également, au même titre que les familles accueillies, accéder à des services et des activités.

En octobre 2017, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) donne son accord pour la création d’une résidence sociale d’insertion et d’accueil pour femmes isolées avec enfants. Une année supplémentaire permettra de boucler le financement du projet. Le 6 novembre 2018, la commune de l’Hospitalet lance la réhabilitation de deux bâtiments contigus en plein cœur du village : l’ancienne mairie et un ancien café/hôtel acquis par la commune. Dans le même temps, la gestion du dispositif est attribuée à l’association France-Horizon. Une réunion publique est organisée en amont de son ouverture, par les élus et l’association, pour expliquer le projet et lever les réticences des habitants face à l’arrivée de familles en difficultés. Le 10 décembre 2019, la maison des Cimes est inaugurée et les premières familles sont accueillies début janvier 2020, dans le cadre d’une expérimentation prévue sur trois ans.

Description détaillée

Un lieu de vie au cœur du village

Installée au cœur du village, à deux pas de l’école, du centre de loisirs et de la bibliothèque, la maison des Cimes est un bâtiment traditionnel sur trois niveaux, mis à disposition de l’association France Horizon par la commune pour un euro symbolique par mois. Sur cet espace de 400 m2, 280 m2 sont réservés à six logements indépendants, des appartements meublés (un T1, trois T2 et deux T3) aménagés dans les étages. Le rez-de-chaussée accueille des espaces partagés : une cuisine collective, une buanderie, une grande pièce de vie, un coin jeux pour les enfants, un bureau pour les permanences sociale et médicale... Ces espaces sont non seulement des lieux de convivialité et d’accompagnement pour les résidentes et leurs enfants, mais permettent également d’offrir à tous les habitants du territoire des services et des activités (voir infra).

Accueillir des mères isolées et leurs enfants

Jusqu’à six familles monoparentales, des mamans avec un à trois enfants âgés entre 3 et 11 ans, peuvent emménager à la Maison des Cîmes. En situation de vulnérabilité sociale et économique après des ruptures dans leurs parcours de vie (séparation, perte d’emploi…), elles vont pouvoir se poser au minimum six mois, le séjour pouvant être prolongé jusqu’à 24 mois. Un temps nécessaire pour commencer à construire l’après, reprendre confiance, envisager une formation ou trouver un emploi. Originaires de l’Ariège ou de la Haute Garonne, ces mères et leurs enfants ont été repérées par les travailleurs sociaux de leurs territoires et orientées vers le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO). Après un passage de leur dossier en commission départementale, le SIAO met en relation les familles avec la Maison des Cimes. S’ensuit alors une pré-visite en visio-conférence (y compris hors période de crise sanitaire), puis une visite sur place et une rencontre avec la coordinatrice de la structure et les institutrices, afin de s’assurer que la démarche de la Maison des Cimes soit en accord avec les besoins et les envies qu’expriment les mamans pour elles-mêmes et leurs enfants.  Ces dernières, à leur arrivée, signent avec France Horizon un contrat d’occupation avec engagement réciproque. L’association met à disposition le logement et un accompagnement social personnalisé. En retour, les familles s’acquittent d’une redevance de 330 à 380 euros selon les appartements, qui inclue le loyer, les dépenses d’eau et d’électricité… et qui ouvre droit aux aides personnalisées au logement, réduisant ainsi le reste à charge autour de 80 euros par mois.

Un accompagnement personnalisé et global

Au-delà d’un lieu d’hébergement sécurisant, les résidentes de la Maison des Cimes et leurs enfants vont bénéficier au quotidien d’un accompagnement La responsable de la maison assure son bon fonctionnement et participe à fédérer les acteurs du territoire qui interviennent auprès des familles accueillies. Un éducateur spécialisé accompagne les familles au quotidien et construit, avec elles et les services territoriaux concernés, un projet personnalisé et adapté à leur situation :  accès à une formation, retour à l’emploi, gestion du budget familial, suivi médical, aide à la parentalité… A leurs côtés, les institutrices et l’école jouent également un rôle essentiel dans cette « sécurisation » des familles : l’organisation de cette école rurale (petits effectifs et classe unique) favorise une pédagogie plus collaborative et un accompagnement individualisé des difficultés de chaque enfant. Par ailleurs, les institutrices ont impulsé au sein du RPI un projet REAAP (Réseau d’Ecoute, d’Appui, d’Accompagnement à la parentalité) auquel est associée la Maison des Cimes. Les deux institutrices participent ainsi à l’accompagnement personnalisé des mamans : elles sont présentes pour les accueillir à leur arrivée au village, disponibles tous les matins avant la classe pour des temps d’échange et les incite à participer à des ateliers sur le temps scolaire avec d’autres parents. Pour les mamans comme pour les enfants, l’école est un vecteur essentiel de leur intégration et de leur valorisation.  

Toute une vallée dynamisée

Comme souhaité dès l’origine du projet, la Maison des Cimes est un lieu ouvert sur le village, qui a aussi vocation à maintenir et renforcer le lien social sur la commune. Elle est d’ailleurs labellisée « Espaces de vie sociale », un agrément[1] délivré par la CAF pour trois ans, à des lieux de proximité gérés par des associations ayant vocation à renforcer les liens sociaux et les solidarités de voisinage. Cet agrément ouvre droit à un financement afin que France-Horizon assure, en lien avec les élus, un service d’«animation locale» auprès de l’ensemble de la population, favorisant le développement de la cohésion sociale, la prise de responsabilités des usagers et le développement de la citoyenneté de proximité sur le territoire.

Dès l’ouverture, la Maison des Cimes a ainsi mis à disposition sa salle commune pour des ateliers animés par des bénévoles et ouverts aux habitants du village. L’occasion de créer des liens entre villageois et avec les mamans autour d’un cours de sophrologie, d’un atelier pâtisserie, de la création d’un poulailler ou d’un potager partagés. Des solidarités informelles se sont mises en place, comme du covoiturage pour se rendre à Ax les Thermes ou à Foix, à 45 minutes de route. Et le confinement de mars 2020, lié à la crise Covid-19 a été l’occasion pour la Maison des Cimes et les élus de proposer un service de courses regroupés aux familles résidentes comme à l’ensemble des habitants.

La fonction exacte de la responsable de la maison est « coordinatrice sociale et territoriale ». Au-delà de ses responsabilités au sein de la maison des Cimes, elle œuvre non seulement à fédérer les acteurs du territoire qui interviennent auprès des familles accueillies, mais aussi à créer des dynamiques favorables à l’ensemble des habitants de la vallée, notamment dans le champ de l’insertion. En réunissant différents partenaires du territoire autour du projet, la Maison des Cimes permet ainsi d’apporter des réponses concrètes aux problématiques soulevées par les habitants. Ainsi par exemple, suite aux remontés des habitants signalant que les horaires des transports en commun ne répondaient pas à leur besoins, notamment lorsqu’il s’agit de se rendre aux guichets de différents services publics situés à Foix, les horaires des transports et de la CAF ont été adaptés.

La logique partenariale et collaborative qui porte ce projet s’incarne également dans la gouvernance du dispositif. Deux comités pilotent la démarche. Le premier se réunit une à deux fois par mois et concerne le caractère opérationnel du projet (vie à la résidence, activités de la maison, partenariats). Il est composé de la coordinatrice de France-Horizon, du Président de la communauté de communes des vallées d’Ax, du maire de l’Hospitalet, des deux institutrices. Le deuxième comité se réunit une à deux fois par an et se concentre sur l’évaluation annuelle de l’expérimentation. Il est composé des membres du comité de pilotage territorial, un représentant de la région, un représentant des services départementaux de l’éducation nationale, d’un représentant de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) et d’un représentant de la CAF.

Après un an de fonctionnement, six mamans et neuf enfants ont séjourné à la Maison des Cimes et deux familles en sont parties : le première, une maman et son fils, s’est installée en autonomie dans le village et l’autre est allée vivre dans une autre commune du département pour raison professionnelle.  Par ailleurs, à la rentrée 2020, les deux classes du RPI ont été maintenues, celle de l’Hospitalet-près-l’Andorre, ayant vu ses effectifs passer de 7 à 11 élèves. Dans l’avenir, le souhait de l’équipe municipale est de renforcer encore les synergies avec la Maison des Cimes afin que la population locale (village et vallée) puisse bénéficier de l’accompagnement des professionnels, notamment en matière de démarches administrative, de mobilité ou d’emploi.

Bilan

Les éléments positifs :

  • Le projet a permis de lutter contre la désertification qui menaçait le village (départ de plusieurs activités, fermetures de classes…).
  • Un projet co-construit à partir d’un diagnostic partagé impliquant une multitude de partenaires autour des élus municipaux et ayant permis d’insuffler une dynamique partenariale sur le territoire.
  • La prise en compte de plusieurs problématiques : logement, insertion, accompagnement à la parentalité, accès aux droits, mobilité, lien social, revitalisation d’un territoire rural...
  • Un accompagnement globale et personnalisé, qui s’appuie sur les ressources du territoire et les mobilise.
  • La place centrale de l’école dans le projet d’accompagnement des enfants et des mères.
  • L’ouverture du lieu à l’ensemble de la population, qui favorise le lien social et des dynamiques de projets

Les points d’attention :

  • Un projet complexe, qui a nécessité plusieurs années de maturation (plus de 5 ans)
  • La localisation du village (loin des centres bourgs regroupant les activités et services, dans un environnement rude, avec des contraintes de mobilité…), qui peut décourager les familles.
  • Le caractère innovant de la démarche qui suscite des réticences et implique un effort de communication, envers les bénéficiaires mais aussi envers les travailleurs sociaux susceptibles de les orienter.
  • Des financements à pérenniser au-delà des trois ans d’expérimentations

Partenaire(s)

Les communes de l’Hospitalet-près-l’Andorre et de Merens-les-Vals, la Communauté de commune des Vallées d’Ax intégrée depuis 2017 à la Communauté de communes de Haute-Ariège, le département de l’Ariège, la Caisse d’Allocation Familiales de l’Ariège, la région Occitanie, la préfecture de l’Ariège, le Ministère de l’Education nationale, France Horizon Occitanie, Pole Emploi, la Maison de Santé d’Ax-les-Thermes.

Moyens

Humains :

Un coordinateur social et territorial et un éducateur spécialisé, salariés de France Horizon Occitanie, représentant 1 ETP chacun.

Financiers :

Le coût d’investissement s’élève à près de 656 000 euros, financés par :

  • l’Etat (crédits de dotation d’équipement des territoires ruraux) : 294 000 euros,
  • la Région : 36 000 euros,
  • le Département : 45 900 euros,
  • la communauté de communes : 70 500 euros,
  • l’Union européenne (programme Leader) : 78 000 euros,
  • la mairie de l’Hospitalet : 131 000 euros. 

Le coût de fonctionnement s’élève à près de 160 000 euros par an, auquel participe notamment l’Etat à hauteur de 35 000 euros par an pendant trois ans (aide à la gestion locative sociale) et par des crédits exceptionnels de 21 000 euros, dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté.

Matériels :

Un bâtiment pouvant héberger et accueillir les familles.

 

 

[1] Circulaire Cnaf n°2012 – 013 relative à l’animation de la vie sociale

Contact

Joséphine KERSANI

coordinatrice sociale et territoriale

Maison des Cimes - Association France-Horizon

Adresse : Rue Couzy, 09 390 l’Hospitalet-près-l’Andorre.

Tél. : 07 60 98 93 82

Courriel : jkersani@france-horizon.fr

*Mention légale : Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.