Aller au contenu principal
Enfance & Famille

La Maison de la famille de Sartrouville

Type d'action

  • Développement social
  • Education
  • Inclusion
  • Lien social
  • Liens intergénérationnels
  • Loisirs
  • Parentalité
  • Prévention
  • Protection de l’enfance

Département

Yvelines (78)

Sur le vif

« La Mdlf permet aux parents d’échanger et de souffler un peu, c’est aussi un espace de socialisation pour les enfants. On est un lieu d’accueil et d’orientation, j’oublie de le dire parce que pour moi c’est évident. » Responsable de la Mdlf

« La maison nous aspire et la Maison de la famille nous permet de sortir de cette aspiration. » Une maman.

Porteur(s) de l'action

Commune de Sartrouville

Objectif(s) et bref descriptif

La Maison de la famille (Mdlf) de Sartrouville est un espace d’échanges et de rencontres. C’est un lieu ressource pour les familles et les professionnels. C’est un dispositif de soutien à la parentalité qui a pour ambition de rompre l’isolement des parents en travaillant sur le lien social à l’échelle d’un quartier et d’une ville. La structure propose des permanences éducatives de professionnels, des d’activités ludiques pour les enfants et leurs parents, des conférences et des groupes de paroles pour les parents.  

Origine(s)

La ville de Sartrouville fait preuve d’une volonté politique forte de soutien à la parentalité portée par ses élus qui souhaitent proposer au familles un ensemble de services et d’espaces d’échanges. En 2009, la commune met en place le réseau des mamans, un dispositif qui réunit des mamans animées par l’envie de se rencontrer et d’échanger sur les problématiques liées à la vie de famille. Elles se retrouvent lors de cafés-rencontres et d’ateliers animés par des mamans formées aux techniques d’animation. En 2011, la ville lance le Forum des familles, un événement annuel de plusieurs jours proposant des conférences, ateliers et animations pour toute la famille.

Afin de diversifier le soutien proposé, de proposer également un espace aux pères et un lieu de partage où puissent se rencontrer les différentes familles de la ville, la ville créé la Maison de la famille à l’été 2014. Celle-ci est installée dans un local disponible dans un quartier de veille active (QVA) de la ville. Bien qu’elle soit le fruit du hasard, cette implantation dans un quartier à la frontière du centre-ville et d’un quartier en politique de la ville (QPV), permet d’installer la maison des familles dans un environnement plutôt « neutre » socialement, ce qui facilite la venue et la rencontre de familles de tous horizons. Le local est pourvu d’un espace d’accueil, de deux bureaux, d’une grande salle commune, de plusieurs pièces aux usages variés et d’une cuisine aménagée.

En 2016, la Maison de la famille est intégrée au service famille et jeunesse de la ville, avec une direction unique.

Description détaillée

Les actions de la Mdlf s’articulent autour de trois grands axes : les activités ludiques parents-enfants, les permanences professionnelles et les conférences et groupes de paroles pour les parents. L’articulation entre droit commun et soutien aux familles en grandes difficulté ainsi que le prisme de l’intergénérationnel qui structure le mode de pensée et l’organisation de la structure sont également au cœur de l’action de la Mdlf.

 

Trois volets d’actions sont proposés à la Mdlf

 

1. Les activités ludiques parents-enfants

Les activités ludiques parents-enfants représentent le volet d’actions le plus important de la Mdlf en termes de fréquentation. Ces activités représentent plus de 55% des personnes touchées par les actions de la Mdlf en 2020 (contre 63% en 2019) alors que les permanences éducatives ne représentent que 2% de ces personnes (3,5% en 2019).[1]

Pour tous les ateliers proposés, l’enfant doit toujours être accompagné d’un adulte avec qui il a un lien de parenté.

Les ateliers proposés sont nombreux et divers :

  • Éveil musical, éveil des sens, atelier yoga maman-bébé, art créatif, danse parents-enfants… Ce sont des ateliers d’animation parents-enfants, adaptés en fonction de l’âge des enfants (parents-bébés, parents-enfants, parents-ados) ;
  • Ateliers nutritionnels et de gestion du budget ;
  • Ateliers séniors sur la mémoire, sur le sommeil, etc.
  • Ateliers psychomotricité : le CCAS propose gratuitement à 20 enfants en difficulté motrice des ateliers tous les mercredis matin. C’est un programme sur neuf mois dans le cadre du Dispositif réussite éducative. Chaque année ce sont des enfants différents qui peuvent bénéficier de ce programme.

Au-delà de ces ateliers, « La Bulle », un lieu d’accueil parents-enfants (LAEP) est déployé dans l’enceinte de la Mdlf une demi-journée par semaine. C’est un dispositif très investi par les familles. Les parents peuvent venir sans rendez-vous pour profiter de cet espace de jeux et d’éveil. Le LAEP est animé par 10 accueillantes (EJE, puéricultrices, directrices de crèche… des professionnelles du secteur de la petite enfance de la ville) qui bénéficient de décharges d’activité pour consacrer chacune leur tour un peu de leur temps au LAEP. Toutes ces professionnelles participent au LAEP en qualité d’accueillantes, et doivent laisser de côté leurs missions d’accompagnement individualisé et d’évaluation pour se consacrer pleinement à l’accueil des familles.

2. Les permanences : éducatives, de médiation ou individuelles

Les permanences, assurées par des professionnels forment le deuxième volet d’actions proposées par la Mdlf aux familles. Il s’agit de médiations familiales assurées par l’Association Père Mère Enfant Médiation (APME Médiation[2]), présente deux demi-journées par semaine à la Mdlf. Les permanences éducatives sont encadrées par une chargée de prévention du Département des Yvelines une demi-journée par semaine sur rendez-vous. Enfin, les permanences du Pôle Autonomie Territoriale donnent la parole aux aidants familiaux une journée par mois. Des permanences juridiques sont également proposées.

3. Les conférences et les groupes de paroles pour les parents

Parmi les conférences proposées, le forum de la famille, le babysitting dating (pour permettre de trouver des babysitters) et les journée prévention (PSC1, les gestes qui sauvent, etc.) sont celles qui bénéficient d’une plus grande visibilité.

Le forum de la famille est un évènement organisé sur deux jours avec un premier temps consacré aux professionnels. Des thématiques, telles que l’hyper parentalité (les parents « hélicoptères ») ou le positionnement en tant que professionnel dans une situation de séparation conjugale, sont abordées. Dans un deuxième temps, le forum est ouvert aux familles, avec des moments de jeux (escape game, animations parents-enfants, etc.), des ciné-échanges et des conférences débat.

La mise en place de plusieurs groupes de paroles a été portée par la Mdlf. Ces groupes s’adressent en particulier aux aidants, aux futurs parents, etc.

L’articulation entre services de droit commun et soutien aux familles en grandes difficultés

La Mdlf forme un écosystème favorable au soutien à la parentalité, dans une démarche préventive, pour toutes les familles, sans distinction. Trois piliers soutiennent cet écosystème. Tout d’abord l’accueil inconditionnel de toutes les familles, ensuite l’articulation entre les services administratifs des collectivités et les permanences des professionnels rendue possible par la Mdlf, enfin, les temps ludiques proposés avec l’ambition de permettre une approche plus conviviale aux enjeux de soutien à la parentalité.

Le journal de la ville est l’outil de communication phare de la Mdlf. Du fait de sa distribution à toutes les familles sartrouvilloises, ce journal participe aussi à l’articulation entre services de droit commun et soutien aux familles en grandes difficultés.

Une structure sous le prisme de l’intergénérationnel

Les enjeux intergénérationnels tiennent une place essentielle dans la démarche de la Mdlf. Depuis 2019, le volet intergénérationnel des actions a été particulièrement développé, notamment avec des interventions de seniors en centre de loisirs, l’accompagnement des enfants par des seniors aux atelier jardins partagés, etc.

Cette façon de penser l’action transparait jusque dans l’organisation des équipes, avec l’engagement d’une chargée de mission « Famille Générations seniors ».

Depuis juin 2021, la fusion des trois publications mensuelles famille, jeunesse et seniors vise à permettre plus de transversalité dans l’organisation et la diffusion des activités intergénérationnelles.

Bilan

Les points positifs

  • Participe au décloisonnement des services avec un service intergénérationnel qui regroupe les services jeunesse, famille et génération seniors ;
  • Favorise le lien social entre les familles à l’échelle d’un quartier et d’une ville ;
  • A pour ambition de rompre l’isolement des parents ;
  • Accueille de manière inconditionnelle toutes les familles, quels que soient leur parcours, leur situation économique, sociale, etc.

Les points d’attention

  • Difficulté à attirer les parents de tous les quartiers de la ville, en particulier les quartiers les moins favorisés (QPV) qui restent à la marge. [3]

Initiatives pour remédier à cette insuffisance[4] : délocaliser certains ateliers directement dans les quartiers concernés via des associations déjà présentes dans le quartier. Développer un partenariat plus soutenu avec les bailleurs sociaux des quartiers concernés pour mieux inciter les habitants à participer aux ateliers.

  • Difficultés à ce que le LAEP reste un espace d’accueil neutre. Cette position est parfois difficile à tenir pour les professionnelles qui interviennent. À cela s’ajoute un problème d’effectif car les professionnelles peinent à faire rentrer dans leur emploi du temps, déjà bien chargés, des temps de décharge pour animer le LAEP.
  • Le fait que les personnes aient besoin de s’inscrire en autonomie sur le site de la ville aux activités proposées par les Mdlf, peut être un frein pour les personnes nécessitant un accompagnement renforcé.
  • Un autre frein à la participation identifié par les porteuses du projet est le coût financier de certains ateliers (parfois de 5 euros), en particulier pour les familles nombreuses avec peu de moyens.
  • Malgré les intérêts communs de la Mdlf avec l’Éducation Nationale, le travail partenarial reste limité. Les prochaines actions de la Mdlf ont pour ambition de faire en sorte que le dispositif soit identifié comme un lieu ressources pour les enseignants.

Partenaire(s)

La Mdlf est en relation avec plusieurs partenaires locaux pour réorienter au besoin les personnes accueillies : les services municipaux (service petite enfance, CCAS, SIJ, bibliothèques…), les associations locales, et d’autres institutions (CAF, PMI, etc.)

Parmi les nombreuses associations prestataires de la Mdlf : l’association Odyssée Céleste, UFOLEP, les Jardineurs Sartrouvillois, Communeherbe, Asparagus, ENQUETE, Confédération Syndicales et des Familles (CSF), Family Durable, etc.

La Mdlf a deux partenaires financiers principaux : la CAF via le REAAPY et le LAEP et le Conseil Départemental des Yvelines.

Moyens

Humains

2 ETP sont exclusivement dédiés à la Mdlf :

  • Une responsable dont le rôle est de piloter les projets et de gérer la structure.
  • Une assistante qui a pour rôle d’accueillir le public et qui assure le secrétariat du dispositif.
  • Des prestataires ponctuels pour les ateliers enfants-parents, tels qu’un professeur de danse, un diététicien, un art thérapeute, etc.

Matériels 

Un local avec deux bureaux, un espace d’accueil, une grande salle commune, notamment pour accueillir le LAEP, plusieurs pièces et une cuisine aménagée pour les ateliers.

 

[1] Bilan qualitatif et quantitatif de la Mdlf, p. 1

[2] https://www.apme-mediation.com/

[3] Chiffres à l’appui avec le bilan qualitatif et quantitatif de la Mdlf, p. 2

[4] cf. document « objectifs de la Mdlf dans son bilan qualitatif et quantitatif », p. 7 Ces actions ne sont pas encore mises en place mais ont vocation à l’être au cours de la prochaine année scolaire.

Contact

*Mention légale : Le contenu de cette fiche relève de la seule responsabilité de l'Agence Apriles et ne peut en aucun cas être considéré comme reflètant la position des partenaires soutenant le projet Apriles.